MAO, écriture, webradio...

Ateliers

Meilleurs Voeux 2017

Webradio musicale & culturelle

zkm radio

Zikametz #14

Zikamine n'attend que vous

Bénévoles

Tremplin Zikametz #14

Recherche alphabétique

0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Le Livre de Léa

Chant / Chorales - nancy - 54

Flo alias Lui (Chant, Guitare, Piano, Ukulélé, Tambourin);

Mél alias Elle (Chant, Mélodica, Glockenspiel)
___________________________________________________

« Etre libre, c'est choisir ses soumissions »

Ainsi pensait Léa, assise bien droite sur un tabouret, au dernier café-philo organisé par la commune.

Léa n'aimait pas la philosophie, mais les philosophes: c'est pourquoi elle aphorisait sans cesse, sous toute circontance, dans l'espoir de rencontrer celui qui parviendrait à force de dissertations, de syllogismes et de sophismes bien sentis, à apporter de façon notoire quelques éléments de réponse à sa grande question existentielle : ma vie a t elle un sens, un sens à mon existence, mon existence hors du silence ?


« Etre libre, c'est choisir ses soumissions »


Si Léa avait eu quelques velléités vindicatives et un fort penchant vers la délinquance, elle aurait peut être crié à la société moutonnante d'opinions communes sa pensée à coup de tags sur les wagons du TER.

Si Léa avait voulu s'adonner à quelque pratique sexuelle subversive, elle aurait surement choisi le sadomasochisme et tenté de pervertir son voisin de table, au café-philo, qui lui semblait physiquement et intellectuellement potable.

Si Léa était terroriste, mais comme vous ne l'ignorez pas, Gaetan Roussel a déjà affirmé le contraire, elle aurait pris Jean d'Ormesson en otage, afin d'attirer sur elle les regards du gratin littéraire, toujours dans l'espoir d'assouvir son phantasme.

Mais Léa n'en avait pas le temps, ni l'âge, ni la volonté, ce qui, au final, faisait d'elle l'un de ces individus lambda noyé dans la grande masse indifférente de ce que tout un chacun appelle « les gens », qui prétexte ses pauvres petites originalités comme preuve de génie et de rébellion.


Alors que le dernier intervenant regagnait son tabouret, réajustant ses lunettes, pliant ses notes sur la théorie du vitalisme de Barthez (le philosophe, nous sommes d'accord, n'est ce pas ?), le voisin de table de Léa fut pris d'un hoquet incontrolable mais non moins comique. Emotion ? Demi de bière à absorption trop rapide ? Léa n'en était pas à ses considérations, préférant inscrire un nouvel aphorisme à sa liste mentale :


« Se révolter, c'est ne pas soigner son hoquet de l'âme »


Pensée silencieuse qu'elle garda soigneusement en son fort intérieur. Elle avait dédaigneusement révisé son jugement sur son voisin de table qui avait effectué une chute dans son estime aussi fulgurante que la vitesse avec laquelle la glotte du malheureux fermait le passage d'un air fortement alcoolisé.

Certes. Ce n'est pas encore ce soir qu'elle trouverait l'homme avec lequel elle aurait la joie de dévorer sous la couette les oeuvres complètes de Kant comme doux retour au calme après quelques ébats à caractère moins spirituel.


Qui est Léa ? Nous ne le savons pas.


Mais par le plus grand des hasards comme il en arrive peu dans une vie, dans la salle principale du café de la Culture, notre victime de son propre sytsème respiratoire était entouré par deux femmes, à l'allure insignifiante, toutes deux prénommées Léa.


Qui est Léa ? Nous l'ignorons de surcroit.


La seule chose que nous pouvons affrimer avec certitude à son sujet, c'est qu'elle possède au moins un livre...

www.myspace.com/lelivredelea

Recherche sur le site

Artistes lorrains